Accueil > Blog > Marché immobilier au Québec et les tendances à venir

Marché immobilier au Québec et les tendances à venir

14 avr. 2021

Le marché immobilier au Québec a connu de profonds changements ces deux dernières années, avec la hausse du prix de l’immobilier dans les centres urbains mais aussi, depuis le début de la pandémie, dans les régions, de plus en plus convoitées par les télétravailleurs qui cherchent à s’éloigner de la ville puisqu’ils n’ont plus besoin d’y travailler. Le point sur le marché immobilier au Québec et sur les tendances à venir. 


Les prix continuent leur ascension


Depuis quelques années, le prix de l’immobilier ne cesse d’augmenter au Québec, et plus particulièrement à Montréal. D’après l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ), le prix de l’immobilier dans le Grand Montréal a augmenté de 20% en 1 an seulement. Une tendance qui s’est confirmée en 2020, surtout à partir de l’été. Rien qu’en octobre 2020, le prix médian des propriétés unifamiliales a augmenté de 14% ! En 1 an, la croissance de prix pour les propriétés unifamiliales est de 6% avec un prix médian qui a atteint 269 900$ fin 2020. Il en va de même pour tous les produits immobiliers : en octobre 2020, le prix médian d’une copropriété a augmenté de 11% à Montréal.

Cette hausse des prix de l’immobilier se traduit par une baisse de l’indice d’accessibilité à la propriété (indice AP), qui a reculé de -1,6% en octobre 2020 par rapport à l’année d’avant, et ce malgré la hausse des salaires.

Ainsi, l’écart des prix entre Montréal et les régions alentours se creuse un peu plus chaque année, ce qui a tendance à pousser les Montréalais à quitter la ville pour s’installer en banlieue.


Le boom des banlieues et des chalets


On observe en effet depuis quelques mois un véritable boom des banlieues et des chalets dans la province du Québec. La raison de ce boom est double : d’une part, il y a la hausse des prix de l’immobilier dans les villes, et d’autre part, il y a la pandémie, qui a favorisé l’émergence du télétravail. Ceux qui vivaient en ville et se rendaient tous les jours au bureau ont une raison de moins de rester en ville et recherchent alors souvent un meilleur environnement de vie en banlieue.

Depuis le début de la pandémie, la demande de propriétés a augmenté (+70% en octobre 2020!) dans des villes éloignées du centre-ville de Montréal, notamment Blainville (+141%),  Châteauguay (+115%), Victoriaville (+95 %) ou encore Saguenay (+91%) et Saint-Jérôme (+90%).

Fin 2020, un sondage avait d’ailleurs révélé que les résidents du Grand Montréal ayant l’intention d’acheter une résidence dans les 5 ans étaient 34% plus nombreux qu’il y a 2 ans à vouloir quitter le centre urbain. Les résidents du Grand Montréal sont désormais 13% à vouloir s’établir en périphérie de la ville, contre 9,7% en 2018.

La région des Laurentides est la grande gagnante de ce boom des banlieues, des propriétés et des chalets. Avec une nature proche et beaucoup d’espace, cette région représente tout ce dont les Montréalais rêvent depuis le début de la pandémie.


La popularité des régions, une mode passagère ?


Durant la pandémie, le confinement et le télétravail généralisé ont propulsé la demande pour les propriétés situées dans les banlieues des centres urbains et dans les régions. Logiquement, on observe alors une hausse des prix de l’immobilier également dans ces régions, à mesure que la demande augmente. Dans les Laurentides par exemple, le prix médian des maisons unifamiliales a grimpé de 34 % de novembre 2019 à novembre 2020.

Selon l'APCHQ, les prix résidentiels en province vont augmenter de 5% en 2021. Lorsque l’on compare à la hausse de 13% en 2020, on observe un ralentissement de la croissance, qui devrait se confirmer une fois la pandémie terminée. En effet, les routes, elles, n’ont pas changé, et les mouvements des travailleurs expatriés en banlieue vers la ville lorsque le travail en présentiel reprendra risquent de créer de nombreux embouteillages, ce qui devrait pousser certains expatriés à revenir vers la ville.


Dans ce marché très évolutif, l’aide d’un professionnel de l’immobilier pour vous y retrouver est plus marquée que jamais. Alors n’hésitez pas à me contacter pour tous vos projets d’achat, de vente ou d’investissement, je me ferai un plaisir de vous accompagner !


Partager

Nicolas Desgranges

Courtier immobilier résidentiel

514 962-1653